Actualité publiée sur le site
Octobre 2016

La polio livre sa dernière bataille

La poliomyélite pourrait être la deuxième maladie humaine éradiquée grâce à la vaccination, après la variole. Grâce à l'Initiative mondiale pour l'éradication de la polio, 99 % des cas ont pu être éliminés. Mais le dernier 1 % sera sans doute le plus difficile.

Ce 24 octobre, à l'occasion de la Journée mondiale contre la Polio, Sanofi Pasteur et le Rotary International ont réuni des experts internationaux pour faire un point d'étape sur les grandes avancées obtenues grâce à l'Initiative mondiale pour l'éradication de la polio. C'est grâce à ce programme (1), le plus grand partenariat public-privé de santé publique au monde, que plus de 3 milliards d'enfants ont pu être vaccinés et que la pathologie a pu être éliminée à 99 %. Plus de 350 000 personnes ont été paralysées des suites de la polio au niveau mondial en 1988 (soit 1 000 cas par jour), date de lancement de ce grand projet de santé publique. « Ce sont 15 millions de cas évités grâce à l'initiative, et 1,5 million d'enfants qui ne sont pas décédés », se félicitait André Doren, responsable de l'initiative à l'OMS. Aujourd'hui, le poliovirus de type 2 a définitivement été éradiqué et la polio due aux poliovirus sauvages de type 1 et 3 ne subsiste plus que dans trois pays : l'Afghanistan, le Nigéria et le Pakistan. Il n'y a eu que 74 cas en 2015, et seuls 27 ont été déclarés dans les trois pays considérés comme endémiques depuis le début de l'année 2016.

Des vies et des économies

« A l'heure où le danger semble s'être éloigné et n'est plus au cœur des préoccupations politiques, c'est maintenant qu'il faut convaincre les Etats et les autorités sanitaires des différents pays de ne pas relâcher leur attention et de s'impliquer dans les dernières étapes de l'éradication de la polio », prévient Christian Michaud, coordinateur Polio Plus France et Maghreb du Rotary. Parmi les derniers cas recensés, quatre étaient au Nigéria cet été, dans des territoires en conflits, difficiles d'accès, soit les premiers de tout le continent africain depuis l'été 2014. L'objectif d'éradication de la polio au niveau mondial est proche, mais encore difficile à atteindre. « 15 des 27 cas ont été détectés au Pakistan, rappelle Zubair Wadood, coordinateur OMS du programme d'éradication en Afghanistan et au Pakistan. Mais leur nombre à diminué de 50 % en un an. Il nous faut atteindre tous les enfants des rares zones infectées pour une immunisation complète et mettre en place un système de surveillance des eaux courantes et des eaux usées pour détecter le virus avant que l'infection ne se déclare. » Le programme a permis de sauver des vies, mais aussi de faire des économies. Le docteur Kimberly Thompson, professeure de médecine préventive de l'Université de Central Florida (Etats-Unis) et présidente de Kid Risk, a étudié les facteurs économiques de l'éradication de la polio. « Nous avons estimé que les économies réalisées grâce aux investissements de l'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite serait de 40 à 50 milliards de dollars sur les 20 prochaines années. »

Des moyens humains et techniques

Ce sont quelques 8 milliards de dollars qui ont été investis dans le programme depuis son lancement. Principal fournisseur des vaccins contre la polio, « Sanofi Pasteur a fourni 8 milliards de doses de vaccin vivant atténué oral (OPV) et des quantités importantes de doses de vaccin inactivé injectable (IPV) (2), a déclaré David Loew, vice-président exécutif de Sanofi Pasteur. Le vaccin OPV a joué un rôle clé dans la réduction de 99 % de la charge de la maladie au niveau mondial, mais il n'est pas possible de parvenir à une éradication complète avec ce vaccin », prévient-il. Francis Delpeyroux, directeur de recherche à l'Institut Pasteur, rappelle que « le risque de poliomyélite associée au vaccin oral se déclare après la vaccination dans de rares cas, un sur 2 millions ». Depuis 2013, l'OMS recommande que le vaccin IPV remplace progressivement le OPV et soit inclus dans tous les calendriers vaccinaux des pays. Sanofi Pasteur envisage la construction d'une nouvelle entité de production de ces vaccins IPV. « Sa construction nécessiterait d'investir plusieurs centaines de millions d'euros et sept années séparent la décision de la production de la première dose », a-t-il précisé. Au-delà des contributions des acteurs internationaux, financiers et en vaccins, « ce sont 20 millions de volontaires qui ont vaccinés à travers le monde », tiennent à rappeler les organisateurs de l'évènement pour leur rendre hommage.

Juliette Badina

(1) L'Initiative mondiale pour l'éradication de la polio réunit l'OMS, le Rotary International, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des Etats-Unis, la fondation Gates, l'UNICEF et Sanofi Pasteur.

(2) Production sur ses sites de Marcy l'Etoile (Rhône) et Val de Reuil (Normandie).

 

 

 

Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site