Actualité publiée sur le site
Septembre 2013

Vaccins : le Leem s'engage

A l'heure où la défiance contre les vaccins et la vaccination augmente, le Leem a réuni ce mercredi 11 septembre quatre experts de la vaccination sur la thématique "Innovation, efficacité, sécurité... Qu'attend-on des vaccins en 2013 ?".

Alors que la France est historiquement ancrée dans la révolution vaccinale, elle est aujourd'hui en retard sur ses voisins européens en matière de couverture vaccinale. Les dernières enquêtes montrent que le taux de couverture pour la grippe est inférieur de dix points à celui de la Grande-Bretagne. Pour l'hépatite B, le taux est le plus bas d'Europe après la Suède. Les usagers du système français semblent culturellement plus récalcitrants vis-à-vis des vaccins et de la vaccination. Jocelyn Raude, sociologue au département des sciences humaines et sociales de l'Ecole des hautes études en santé publique (EHESP), rappelle ce mercredi 11 septembre lors de l'atelier du Leem que « la méfiance envers les vaccins est aussi ancienne que les vaccins eux-mêmes ». Les résultats de la cohorte CoPanFlu France montrent que les controverses sur le vaccin contre la grippe H1N1 ont entraîné une chute assez spectaculaire, et qui perdure, de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les personnes à risque. De la même façon, le baromètre Nutrition Santé montre une baisse considérable des attitudes favorables à la vaccination en 2010.

Un bénéfice incontestable

Malgré cette perte de confiance, le médecin et vaccinologue François Denis rappelle que « la vaccination de routine de l'enfant au cours du 20e siècle en France a eu un bénéfice incontestable. Il est inévitable que des événements indésirables surviennent au cours d'une vaccination. L'essentiel est de savoir démêler le vrai (causalité) du faux (coïncidence) ». Fournir des vaccins sûrs et de qualité est un prérequis incontournable pour restaurer la confiance. L'exigence de qualité est particulièrement importante pour les vaccins dans la mesure où ils sont administrés à des sujets sains, à un grand nombre et qu'ils constituent une mesure de prévention. Géraldine Vetterhoeffer, directrice du site de Saint-Amand-Les-Eaux de GlaxoSmithKline, rassure en indiquant que « 20 % des effectifs du site sont dédiés à l'assurance et au contrôle qualité ». « L'enjeu de la production de vaccins est important pour la France, rappelle Serge Montero, directeur général de Sanofi Pasteur MSD. La production et la recherche en France concerne 20 % des vaccins commercialisés mondialement ».

Un enjeu pour la France

L'enquête IMS Health 2013 a montré une baisse importante des ventes 2012 de vaccins dans l'Hexagone, notamment de 6,5 % pour l'hépatite B, 8 % pour le tétanos, 40 % pour la rougeole et 33 % pour la rubéole. Entre 2008 et 2012, les chiffres révélaient déjà une baisse de 12 % du marché des vaccins en unités et de 30 % en valeur. Le groupe de travail "Leem Vaccins" s'engage ainsi auprès des autorités, et ce dans le cadre du Programme national d'amélioration de la politique vaccinale 2012/2017 (1), avec la publication de 16 propositions consensuelles et concrètes. Celles-ci abordent sept thématiques : combattre les préjugés ; faciliter les modalités d'accès à l'information et à la vaccination ; adapter la communication ; valoriser l'expertise des industriels en matière d'information ; développer les atouts de la France en matière de recherche ; créer les conditions propices au maintien de la production ; et garantir un environnement réglementaire adapté. Parallèlement, le Leem a lancé, ce jour, la déclinaison française de la plate-forme grand public d'information et d'échange en ligne www.VaccinesToday.eu/FR.

Juliette Badina

(1)   Le Programme national d'amélioration de la politique vaccinale 2012/2017 est mis en place par la Direction générale de la santé.

 

Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site