Actualité publiée sur le site
Février 2011

Distribution pharmaceutique : Phoenix Pharma reprend son envol

Touché, mais pas coulé... Un peu plus de deux ans après la crise de 2008, le groupe allemand Phoenix revient sur le devant de la scène et développe une stratégie croisée sur ses métiers de prédilection.   

Le 31 janvier dernier, les responsables de la filiale française du répartiteur allemand Phoenix Pharma ont présenté leur nouvelle stratégie de développement. Fort de l'acquisition (finalisée) de la CERP Lorraine et de l'entrée au capital du groupement Plus Pharmacie, Phoenix Pharma France veut désormais s'implanter durablement dans le paysage hexagonal de la distribution pharmaceutique. Durement frappé par la crise économique et financière en 2008, le leader européen du secteur (18 % de parts de marché) avait également dû faire face au brutal décès de créateur, Adolf Merckle. Essentiellement financée par la dette, l'entreprise familiale (Phoenix Group) avait alors plongé. Aujourd'hui dirigée par Ludwig Merckle, le fils du défunt fondateur, elle refait progressivement surface.

Un refinancement vital

L'an dernier, Phoenix Pharma s'est attaché à retrouver des bases financières saines, via un refinancement complet du groupe (crédit syndiqué, injection de fonds propres, émission d'obligations, etc.). Une stratégie qui les a notamment conduit à céder le génériqueur Ratiopharm à Teva durant l'été 2010 pour 3,625 milliards d'euros. « Nos comptes sont maintenant équilibrés et nos problèmes de trésorerie sont résolus, affirme Laurent Cuiry (en photo), président de Phoenix Pharma France. Nous pouvons donc repartir à la conquête de nouvelles parts de marché sur nos métiers de prédilection. » A savoir, la répartition, la déposition et la gestion de pharmacies. 

Objectif 2013

Sur ces trois segments, ses dirigeants ont mis au point une stratégie croisée avec des objectifs fixés à l'horizon 2013. Lors des trois prochains exercices, Phoenix Pharma France s'est donné pour mission d'investir dans les moyens techniques et humains, de conquérir de nouvelles parts de marché, mais aussi de développer les synergies avec le groupe Plus Pharmacie et ses deux enseignes (PharmaVie et Familyprix), dont il détient 61,67 % des parts.
Pour rappel, Phoenix Pharma a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 22 milliards d'euros en 2010.

 

Jonathan Icart
Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site