Actualité publiée sur le site
Avril 2010

OTC : feu vert aux ventes sur Internet en 2011 

Roselyne Bachelot a fait savoir que la vente en ligne de médicaments OTC sera possible dès 2011. Les représentants officinaux s'en émeuvent. Une pratique qui est pourtant largement développée en Allemagne au sein du BVDVA présidé par Christian Buse (en photo).

En 2011, nous pourrons avoir, dans notre pays, de la vente par les pharmaciens d'officine de certains produits sur Internet. La ministre de la Santé vient de donner son feu vert à une pratique toujours interdite en France. Mais l'autorisation restera cependant cantonnée à la vente de produits OTC, soit quelque 300 spécialités. Les officinaux qui souhaiteront se lancer dans cette aventure particulière devront voir leur site labellisé par le Conseil national de l'Ordre des pharmaciens (CNOP) et prévoir une partie « conseil » grâce à laquelle le patient pourra communiquer en ligne avec un pharmacien dûment identifié. Le projet s'inscrit dans la droite ligne des recommandations faites en leur temps par le Forum des droits sur l'Internet (1), qui recommande en 2008 « un cadre maîtrisé pour la vente en ligne des produits de santé » et suggère alors « la mise en place d'un portail géré par l'Ordre des pharmaciens, associé à une déclaration préalable et à une procédure de certification ou de labellisation des sites Internet développés individuellement par les professionnels ». Pour contrer toutes formes de déviance et bloquer autant que faire se peut l'arrivée de contrefaçons dans la chaîne de distribution, le Forum préconise par ailleurs la création d'une base de données qui s'appuierait sur l'expertise de l'AFSSAPS, « recensant les produits de santé interdits à la commercialisation en ligne, à un niveau national voire communautaire ». De plus, pour lutter contre les activités illicites, il recommande enfin « d'élargir le dispositif de signalement prévu par la loi pour la confiance dans l'économie numérique ».

L'USPO est contre

Face à un développement auquel la France ne saurait longtemps échapper, l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (USPO) a d'ores et déjà sa position : « Les Français n'ont pas besoin d'acheter des médicaments sur Internet », plaide ainsi son président délégué, Gilles Bonnefond, qui se prononce clairement contre la vente de médicaments sur Internet, tout en se montrant favorable à l'information sur Internet. « Nous sommes prêts à étudier avec les pouvoirs publics, via des sites Internet de pharmacies, une normalisation de l'information qui porterait sur les services, heures d'ouverture, services d'urgence, les prix, les médicaments disponibles, les informations santé sur les pathologies, les médicaments ou encore une information scientifique de qualité », fait savoir le responsable syndical pour qui les ventes sur Internet relèvent d'abord d'une démarche de consommation et non d'un parcours de soins. Le Conseil national de l'Ordre des pharmaciens qui travaille pour l'heure sur la question fera connaître sa position officielle cette semaine dans son bulletin ordinal « Les nouvelles pharmaceutiques ».

Forte progression en Allemagne

Outre-Rhin où la pratique des ventes via Internet de produits OTC est largement développée depuis son introduction en 2004, le syndicat fédéral des officines de ventes à distance (2) vient de faire savoir que le marché des ventes par Internet de produits OTC suit une progression sans commune mesure avec celle du marché des spécialités pharmaceutiques en général : soit 31,6 %, contre 0,9 %. « Cette croissance du chiffre d'affaires est la traduction de la forte adhésion des clients à cette forme d'approvisionnement », explique le président du syndicat BVDVA, Christian Buse, pour qui les ventes à distance ont « un potentiel énorme en vue de fournir en médicaments à des personnes résidant dans des régions où les structures de distribution sont faibles ». Reste que les ventes via Internet demeurent une porte ouverte à l'entrée de contrefaçons, un sujet sur lequel la Commission européenne s'est maintes fois penchée et qui reste pleinement d'actualité.

Jean-Jacques Cristofari
Rédacteur en chef de Pharmaceutiques

 

(1) www.foruminternet.org 

(2) BVDVA qui rassemble 33 adhérents (2200 officines) qui réalisent environ 5 % des ventes totales de produits sans ordonnance des officines et qui tient son congrès annuel les 6 et 7 mai prochain à Berlin.

Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site