Actualité publiée sur le site
Février 2009

Sanofi-Aventis : Chris Viehbacher fixe le nouveau cap

Le jeune dg de Sanofi-Aventis veut faire du groupe franco-français un "global leader de la santé". Son prochain objectif : accroître l'innovation de sa R&D qui manque de futurs blockbusters.

Sanofi-Aventis ne manque pas d'atouts et son nouveau dg depuis décembre 2008 d'ambitions pour un groupe qui a, l'an passé, essuyé un revers avec l'Acomplia® (1) et qui voit plus de 20 % de son chiffre d'affaires 2008 - hors Lovenox® - exposé à la menace générique. Reste que pour Chris Viehbacher (en photo), le champion français - numéro un en Europe - dispose de "fondamentaux solides", malgré une productivité déclinante de sa R&D qui lui impose de faire évoluer son modèle en la matière et à aller chercher à l'extérieur les "pépites" que ses équipes n'ont pas pu découvrir en interne. Ces fondamentaux se résument en une bonne assise mondiale, une position de leader dans les vaccins et la possession de produits biologiques majeurs (Lovenox®, Lantus®), deux domaines qui consolident 30 % de son CA, une forte présence dans les marchés émergents (les fameux BRIC auxquels s'ajoutent le Mexique, sur lesquels le groupe revendique une place de leader) et enfin une situation financière que le dg déclare être "solide". "Néanmoins, note Chris Viehbacher, si ces fondations sont robustes, les défis importants auxquels l'industrie pharmaceutiques doit faire face, nécessitent de développer de nouvelles plates-formes de croissance."

Révisions

Dans cette optique, le nouveau patron de Sanofi-Aventis entend redynamiser son portefeuille de R&D, portefeuille qu'il a demandé à Marc Cluzel, senior vice-président en charge de la R&D du groupe, de passer en revue de manière "complète et objective". 65 molécules (médicaments et vaccins) sont inscrites pour l'heure dans le pipeline de Sanofi-Aventis (dont quatre seulement en soumission) et il faudra attendre le mois d'avril prochain pour savoir quelles sont celles qui pourront donner un nouvel élan au groupe. "A l'avenir, notre stratégie de R&D doit se focaliser sur les technologies et les maladies clés afin de mieux répondre aux besoins des patients", a fait savoir le nouveau dg. Afin de rebooster sa R&D pour laquelle une partie des ressources sera réorientée vers des collaborations externes, deux fonctions clés ont été créées. La première de "chief medical officer", sera occupée par Jean-Pierre Lehner, qui s'attachera à  suivre la balance bénéfice/risque des produits commercialisés et en développement. La seconde, de "scientific advisor" par Elias Zerhouni, ancien du National Institute of Health américain (NIH), nommé conseiller scientifique auprès de Chris Viehbacher et de Marc Cluzel. En parallèle, le groupe va poursuivre l'adaptation de ses sites de productions (passés de 79 dans le passé à 64 à ce jour). Une adaptation qui pourrait passer par de nouvelles rationalisations ou cessions de sites à des façonniers, l'outil industriel du groupe se déplaçant également progressivement vers les marchés émergents, dont la Chine. "La simplification de notre organisation et nos façons d'opérer entraîneront également une réduction de nos frais généraux", a indiqué Chris Viehbacher en faisant savoir que le ratio frais généraux et commerciaux du groupe sur CA était "parmi les meilleurs du secteur".

Relais de croissance

Last but not least, le groupe va poursuivre sa politique d'acquisition, après celles engagées dans l'OTC avec Symbion (tremplin pour la région Asie Pacifique), dans les vaccins avec Acambis et enfin dans les génériques avec Zentiva, une plate-forme intégrée de produits de marque. Une croissance externe à laquelle le groupe ne peut échapper s'il veut se donner à court terme de nouveaux relais de croissance en attendant que sa R&D soit plus "créative". "Notre ambition est de devenir un leader global et diversifié dans le domaine de la santé, doté d'une des R&D les plus productives du secteur », a conclu Chris Viehbacher. Le tout assorti de performances financières « supérieures aux attentes actuelles des marchés financiers". Pour l'heure, le nouveau dg a fixé son cap et son échéance - 2012 - pour atteindre la nouvelle rive. Il ne lui reste plus qu'a dynamiser efficacement l'ensemble du groupe.

Jean-Jacques Cristofari

 

(1) rimonabant, médicament anti-obésité, retiré du marché européen en octobre dernier après avoir été refusé par la FDA outre-Atlantique en juillet 2008

 

Les chiffres clés

CA 2008 comparable : 27,568 milliards d'euros (+ 3,7 %)

Résultat net ajusté : 7, 186 milliards d'euros (+ 3,2 %)

Bénéfice net par action : 5,49 euros (+ 6,2 %)

Réduction de la dette nette à 1,8 milliard d'euros

Dividendes proposés de 2,20 euros

 

CA par activité en 2008

Vaccins (Sanofi Pasteur) : 2,861 milliards d'euros (+ 9,6 %)  (Sanofi Pasteur MSD : 1,272 milliard, + 21,8 %)

Santé animale (Mérial) : 2,643 milliards d'euros, à + 7,9 %

Médicaments de prescription : 22,943 milliards (+ 2,9 %)

OTC/OTX : 1,415 milliard, + 5,3 %

Génériques (Winthrop) : 349 millions d'euros, + 8,7 %

Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site