Actualité publiée sur le site
Février 2008

Sanofi Aventis serre les rangs et prend date pour l'avenir

Le 4ème laboratoire pharmaceutique mondial affiche à fin 2007 un chiffre d'affaires consolidé à 28,052 milliards d'euros, secteur des vaccins inclus, à + 2,8 % à périmètre comparable à 2006. Son recul en Europe est compensé par une forte croissance outre-Atlantique. Pour Gérard Le Fur, son directeur général, l'adaptation aux nouvelles contraintes est le maître mot pour l'avenir.

Le dernier trimestre de l'année écoulée n'aura pas été des meilleurs, avec un CA en baisse de 2,2 %, à 6,9 milliards d'euros, et qui aura pesé sur les performances générales du groupe, dont le CA sur 2007 atteint au total quelque 28 milliards d'euros, en progression de 2,8 % à périmètre constant, mais en baisse de 1,1 % sous l'effet de la chute du dollar. Cette croissance de 2,8 % a été réalisée malgré la générification de deux produits majeurs (Ambien® IR aux Etats-Unis et Eloxatine® en Europe). Sur le CA total, l'activité pharmaceutique représente 90,1 %, le solde étant affecté aux vaccins.

Les 15 premiers médicaments du groupe réalisent à eux seuls 17,071 milliards d'euros, en progression de 3,2% et représentent 67,5% du chiffre d'affaires de l'activité pharmaceutique contre 66,5% en 2006. En tête du hit parade, le Lovenox® atteint 2, 212 milliards d'euros (+13,4 %), suivi de Plavix® à 2,424 milliards d'euros (+ 9,5 %) et de Lantus® à 2,031 milliards d'euros ( + 29 %).

Sanofi Aventis compte à ce jour 8 blockbusters dont 4 en croissance à deux chiffres.

Rationalisations

En 2007, le champion français a poursuivi l'adaptation de son outil industriel, avec une réduction du nombre de sites de production de 87 en 2004 à 72 à ce jour, l'Europe ayant vu le nombre des usines passer de 51 à 43. Le mouvement vise la rationalisation des opérations industrielles de Sanofi Aventis, aucun site n'ayant récemment été cédé à un façonnier. Des discussions avec les partenaires sociaux sont en cours pour la suite du processus, a confirmé Gérard Le Fur.

Du côté de la R&D, le groupe a fait progresser le budget de cette dernière de 5,5 % en 2007, à 4,537 milliards d'euros, répartis entre la pharma (4,108 milliards d'euros, + 4,8 %) et les vaccins (429 millions d'euros, à + 12, 7 %). Ici aussi les efforts d'adaptation se poursuivent avec un accent mis sur le secteur des vaccins. Le budget de R&D ne devrait cependant pas progresser en 2008. Le portefeuille de Sanofi Aventis compte à ce jour 113 produits en développement, dont 47 en phase avancée et 59 en phase précoce.

Rachat interne d'actions

Pour l'avenir, Sanofi Aventis entend anticiper et s'adapter aux changements. Sur les marchés avancés, l'heure est résolument à une adaptation du business modèle en vue de se reconcentrer sur l'accès au marché, la combinaison d'approches produits/clients et l'adaptation de l'organisation aux changements par des approches plus régionales, en autonomisant les centres de profits et de décisions. Sur les marchés émergents (BRIC surtout, avec le Mexique où le groupe est N°1), des investissements conséquents seront réalisés, à l'instar de ceux qui viennent d'être engagés dans les vaccins en Chine. L'objectif est ici d'y fournir aussi bien des produits innovants que des spécialités matures. Au total, il s'agira de se rapprocher des clients / payeurs dans les différentes régions et de renforcer cette approche régionale, le tout en s'appuyant sur des forces de ventes redéployées selon les besoins locaux et régionaux. Les effectifs de vente poursuivront un trend général à la baisse (de 37 427 personnes en 2005 à 35 629 en fin 2007), notamment sur les marchés matures où de nouveaux modèles commerciaux ont été mis en place.

Enfin, pour l'année en cours, le groupe français mise sur des « perspectives prometteuses » pour ses grands produits comme pour ses vaccins et la « poursuite nécessaire de mesures d'adaptation sélectives et efficaces ». D'ici son prochaine assemblée générale, Sanofi Aventis aura racheté 1,2 milliard d'euros de ses propres actions, après une première vague de rachat de 1,8 milliard l'an passé.

Jean-Jacques Cristofari
Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site